Une voiture grandeur nature réalisée en Lego

driving-lego-car
En regardant l’émission « L’oeil de Links » sur Canal+, j’ai découvert cette réalisation d’un australien et d’un roumain qui ont réalisé une voiture à taille réelle en utilisant 500 000 pièces de Lego. Grâce à Skype, les deux personnes ont communiqué tous les jours pour faire avancer la réalisation et expliquer leurs idées.
Le projet a nécessité une souscription sur internet pour être mené à bien car le coût est tout de même très élevé (quasiment le prix d’une Tesla …) ; 40 personnes ont souscrit et amené des fonds pour que les deux passionnés puissent aller au bout du projet.
Il a fallu 20 mois pour construire cette voiture très originale capable de rouler a environ 25 Km/h et alimentée par un moteur à air (je n’ai pas compris le principe du moteur à air …) ; il n’est pas impossible que cette voiture soit achetée par un collectionneur américain …
Ci-dessous une vidéo de la réalisation :

Samsung Gear Fit, le bracelet connecté aux mobiles Galaxy

Samsung_Gear_Fit
Le bracelet Samsung Gear Fit est pour moi la vraie bonne surprise de l’événement Unpacked 2014 episode 1 de Samsung qui s’est tenu au MWC 2014. En effet on attendait le nouveau téléphone Samsung Galaxy S5 et ses caractéristiques sont très proches de celles que les nombreuses rumeurs avaient évoquées mais je ne m’attendais pas à la présentation d’un bracelet qui viendrait concurrencer le Nike Fuelband, le Sony Smartwear ou les nombreux bracelets traqueurs d’activité que j’ai détaillé dans un article sur mon blog (Voir Des bracelets connectés à tour de bras).
A l’heure où le marché des bracelets connectés commence à décoller, le Samsung Gear Fit franchit un pas dans les interfaces utilisateurs de ce type de produit : là où certains bracelets offrent des informations directes assez peu enrichies, Samsung propose un écran couleur tactile qui vous permet d’afficher des informations « classiques » telles que l’heure, la date mais aussi votre rythme cardiaque ou des notifications de votre téléphone en utilisant une connexion Bluetooth 4.0.
Le bracelet est aussi compatible ANT+ ce qui autorise la synchronisation avec d’autres capteurs de santé ; l’autonomie annoncée est de 4 jours, ce qui est correct mais pourrait être amélioré pour rendre son utilisation plus confortable. Les données collectées par le bracelet sont communiquées à l’application S Health que l’on trouve dans de nombreux téléphones Galaxy et qui suit votre activité quotidienne. Cette compatibilité avec seulement les téléphones Samsung Galaxy montre la volonté du fabricant de créer un écosystème fort autour des téléphones mobiles Galaxy. Ce manque d’ouverture vers d’autres téléphones peut être un frein mais il y a fort à parier que lorsqu’Apple entrera sur le marché (ce n’est qu’une question de mois maintenant), ses produits ne seront aussi compatibles qu’avec les iPhones …
Le prix de ce nouveau bracelet n’est pas encore annoncé mais il sera disponible en même temps que le Samsung Galaxy S5 le 11 Avril 2014 dans de nombreux pays.

Présentation du Samsung Galaxy S5

Samsung-S5-Invitation
La présentation est disponible en streaming à l’adresse : www.samsung.com/fr/promotions/unpacked2014episode1/
Samsung a fait les choses en très grand : les écrans sont immenses, les intervenants font très petits sur la scène et un orchestre s’occupe de la musique en live.
200 millions de Samsung Galaxy ont été vendus dans le monde.
Samsung présente le Samsung Galaxy S5, il est étanche (IP67) ce qui est nouveau pour la gamme Galaxy ; le nouveau venu dans la gamme Galaxy à une taille de 5,1 pouces et une résolution Full HD (1920 par 180).
Il communique très bien avec la nouvelle gamme de Smartwatches Gear qui en plus s’enrichit d’un bracelet connecté : Samsung Gear Fit.
Le bracelet Samsung Gear Fit est connecté au téléphone pour recevoir des notifications.
 

Smartwatches Samsung Gear 2 et Gear 2 Neo

samsung-smartwatch-gear2
Samsung a donc annoncé, comme attendu, deux nouvelles smartwatches qui viennent remplacer les premiers modèles de la firme.
Parmi les nouveautés de ce modèle, qui sort moins d’un an après la première mouture pourvue de nombreux défauts, on trouve :

  • des capteurs d’activité qui ajoutent à la montre des fonctionnalités de « quantified self », se positionnant ainsi en même temps sur le marché des bracelets d’activité
  • plus de puissance avec un processeur double-coeur à 1 GHz avec 512 Mo de mémoire vive et 4 Go de stockage ; les 4 Go de stockage pourront vous permettre de stocker les photos et vidéos prises avec la Gear 2 (pas sur la Gear 2 Neo qui est dépourvue d’appareil photo) mais aussi d’écouter la musique enregistrée dans la montre dans un casque Bluetooth (attention à l’autonomie …)
  • un émetteur infrarouge qui permet notamment de commander des télévisions, gadget idéal pour un technomaniac.
  • une étanchéité lui permettant d’être votre compagnon jusque sous la douche
  • une autonomie plus que doublée, jusqu’à 3 jours semblerait-il ce qui est beaucoup mieux que la journée d’autonomie de la première version mais qui reste néanmoins perfectible
  • un système d’exploitation Tizen (certainement plus autonome) qui remplace le système Androïd

Les améliorations par rapport à la Galaxy Gear sont notables mais il reste encore des efforts à fournir concernant l’autonomie. De nombreuses applications dédiées à ces nouvelles montres devraient être disponibles dès le lancement des produits mais aucun détail n’est fourni concernant un possible SDK public permettant à des développeurs indépendants de créer leurs propres applications (personnellement j’aurais bien envie de leur faire commander des lampes Hue).
Les prix, délais et compatibilités ne sont pas encore annoncés ; il faut aussi espérer que ces nouvelles smartwatches seront compatibles avec plus de modèles que les Galaxy Gear.
 

Mobile World Congress 2014

mobile-world-congress-2014
Le Mobile World Congress 2014 va se tenir du 24 au 27 Février 2014 à Barcelone. Pour le technomaniac que je suis, c’est un salon que je voudrais bien visiter un jour (ainsi que le CES bien sûr). Ce salon est un salon dédié aux professionnels et il va faire la place belle aux acteurs de l’internet avec notamment une keynote du CEO de Facebook, Mark Zuckerberg. Peut-être expliquera-t-il sa stratégie justifiant l’achat de Snapchat pour un montant absolument inconcevable …
Personnellement j’aurais trouvé le rachat de Motorola Mobility plus logique mais aussi plus éloigné du métier actuel de Facebook …
On sait déjà que plusieurs constructeurs vont profiter de cet événement pour présenter leurs nouveaux produits notamment Samsung avec le Galaxy S5 et la nouvelle version de la montre Galaxy Gear. Sony et Huawei seront aussi suivis attentivement …
Plus d’informations dès demain avec les premières conférences de presse et keynotes.
Plus d’informations : www.mobileworldcongress.com/

Journée internationale des données ouvertes

logo_odhd3_smAujourd’hui Samedi 22 Février 2014 est une journée mondiale dédiée à l’Open Data.
L’ouverture des données publiques est un mouvement, une tendance née il y a plusieurs années et qui part de plusieurs constats notamment :

  • les données publiques appartiennent à toutes et tous et dans un but de transparence publique, pourquoi ne pas les rendre accessibles ?
  • les collectivités ne peuvent pas penser à toutes les applications possibles ni les faire développer alors il est intéressant que les utilisateurs créent leurs propres applications

Ce mouvement a une véritable ampleur mondiale allant même jusqu’à créer une journée dédiée à l’ouverture de ces données ; les événements de la journée peuvent être répertoriés sur le site Open Data Day et chacun peut participer qu’il soit développeur, statisticien, designer … Il n’est pas nécessaire de réaliser une application ou un site web, une infographie permet aussi de participer.
La Ville de Rennes a d’ailleurs été la première ville française à libérer des jeux de données et à lancer un concours de création d’applications ; d’ailleurs la Ville de Rennes réfléchit aux évolutions à donner aux jeux de données à la fois au niveau des contenus mais aussi des interfaces.
Récemment deux enfants ont même crées une application Open Data, vous trouverez plus d’informations ici.
Si vous souhaitez comprendre l’ouverture des données publiques, je vous conseille le livre de Simon Chignard « Open Data » (j’ai la chance d’en avoir un exemplaire dédicacé).
Plus d’informations : Open Data Day
 

Des robots pour tricher aux jeux sur tablette

ipad-leap-sheep-robot
Certains joueurs et inventeurs rivalisent parfois d’ingéniosité et c’est le cas avec ce robot à base d’arduino, de moteurs, de capteurs et de stylets pour tablette qui est capable de jouer au jeu Leap Sheep.
Dans ce jeu il faut faire passer des moutons au-dessus d’une barrière lorsqu’ils arrivent devant la barrière ce qui est un jeu relativement facile … Le robot utilise les capteurs de luminosité pour détecter la couleur blanche des moutons et donc appuyer les stylets sur la tablette aux bons moments ; c’est relativement simple et possible parce que les moutons passent toujours aux mêmes endroits …
Ci-dessous une vidéo du robot qui joue à Leap Sheep :

Ce n’est pas la première fois que je vois un robot jouer sur une tablette, ci-dessous une vidéo d’un robot à base de Lego Mindstorms qui joue à Clash of Clan :

Quand verra-t-on une vidéo d’un robot qui joue à Candy Crush Saga (c’est tout de mêle plus difficile) ?

Un bracelet pour tout contrôler

dark_myoParmi les objets connectés et interactifs que j’attends le plus cette année, se trouve le bracelet Myo de Thalmic Labs.
J’ai pré-commandé ce bracelet et je devrais aussi recevoir une version alpha dans le cadre des tests de pré-lancement du bracelet. J’ai déjà téléchargé les SDK mais je n’ai pas eu le temps de me plonger dans le code.
J’ai hâte de pouvoir utiliser ce nouveau gadget avec mes robots Nao, mes lampes Hue ou mes tables tactiles … Avec ce bracelet, on doit un peu se sentir comme dans Iron Man 3, avec la possibilité de commander des objets avec des mouvements … Ici on peut commander d’où que l’on soit, ce n’est pas comme avec Kinect ou le LeapMotion et il n’y a pas de problème de lumière … J’en écrirai plus lorsque j’aurai reçu le bracelet et que je l’aurai testé et programmé.
Sur le site de Thalmic Labs, il y a des vidéos assez bluffantes notamment d’utilisation de jeux ou de présentation Powerpoint.
D’ailleurs Clearpath Robotics a développé une interface permettant de commander un de leurs robots avec le bracelet innovant de la société Thalmic Labs ; c’est l’objet de la vidéo ci-dessous …
Vidéo de l’utilisation du bracelet Myo avec un robot :

Plus d’informations (en anglais) : TechVibes

Apprendre à développer en quelques mois, vraiment ?

android-growth-chart
Les besoins de développeurs informatique sont très importants aux Etats-Unis, portés par notamment par les croissance des OS de téléphones mobiles et par le fait que certains sociétés telles que Google, Facebook, Twitter etc … placent leurs réalisateurs de logiciels au niveau de stars …
De plus les salaires de bons développeurs aux Etats-Unis sont à une moyenne de 90 000 $ / an ce qui est argument suffisant pour attirer nombre de candidats à la reconversion …
C’est dans ce contexte qu’apparaissent Outre-Atlantique de plus en plus de « Coding Bootcamps » qui sont des formations intenses de quelques mois pour apprendre un langage de développement (Android, iOS, html5, php, java …) ; chaque formation a sa spécialité et certains de ces cursus se vantent d’avoir un taux d’embauche suite à la formation de 85 % … Ce taux est alléchant mais il ne faut pas oublier que la sélection a l’entrée est très difficile (jusqu’à plusieurs milliers de demandes pour moins d’une centaine de places disponibles parfois) et coûte plusieurs milliers de dollars …
Si la formation donnée peut permettre d’être opérationnel dans un langage donné, il ne faut pas croire que cela transforme les élèves en développeur à vie … En effet, en quelques mois, ils peuvent développer dans un langage et pourront satisfaire ponctuellement un employeur sachant qu’une mission de développement dure rarement plusieurs années et qu’il est facile de licencier aux Etats-Unis. En plus de connaître un langage, il faut aussi maîtriser le travail en équipe car l’une des phases la plus délicate de réalisation d’un logiciel est la phase d’intégration ; plus le développeur aura documenté et expliqué ses API et discuté avec les autres développeurs, moins les risques ‘ »d’explosion » lors de la mise en commun des différentes parties du logiciels seront importants.
De plus il faut éviter de tomber dans certains pièges liés à la réalisation de code (ce qui peut parfois s’apparenter à une réalisation artistique ; en tout cas en développant, j’ai réellement l’impression de créer …) :

  • vous en serez pas le seul ou la seule à lire, utiliser ou maintenir votre code ; il faut donc le documenter et éviter la factorisation à outrance pour rendre le code facile à maintenir
  • moins il y a de lignes de codes moins il y a le risque de bogues ; c’est en grande partie vrai mais si le code est trop compliqué ou trop factorisé, il sera difficile à maintenir (même pour vous si vous le reprenez plusieurs mois après l’avoir écrit), il faut donc trouver le bon compromis entre efficacité, quantité et qualité
  • ne jamais négliger les tests unitaires et les tests de non-régression (si possible automatiques …)
  • le mieux peut parfois être l’ennemi du bien ; en effet, le code peut quasiment toujours être optimisé et donc on peut vite déborder de ses objectifs en essayant de rendre la meilleure copie possible …

Cela signifie aussi qu’il faut maîtriser les outils de gestion de configuration (ClearCase, git …) pour faciliter l’intégration et le suivi des sources et savoir s’adapter car il est très difficile d’avoir des spécifications détaillées d’un logiciel (et des spécifications qui ne changeront pas en cours de développement) comme on pourrait avoir les plans d’une maison … C’est un des inconvénients du développement, il n’y a pas de solution miracle, il faut faire avec (même lorsque l’on adapte des normes qui sont pourtant figées à la publication, ce que l’on en fait peut changer).
Les missions de développement sont généralement de quelques mois et pendant ce laps de temps il faut savoir s’adapter (nouvelles spécifications, nouvelles interfaces, nouveaux outils) ; il est donc très important de rester toujours en veille …
Si ces formations accélérées arrivent en France, ce n’est pas sûr qu’elles soient adaptées au marché du travail car on mise plus sur le potentiel du développeur et sa capacité à s’adapter sur des plusieurs missions de courtes durées en CDI (alors qu’aux Etats-Unis on peut licencier à la fin de la mission).
Je code à temps plein depuis 1996 et je ne cesse d’apprendre pour rester au niveau ;  donc faire miroiter des expertises à des élèves en quelques mois, je reste tout de même sceptique …
Plus d’informations (en anglais) : ReadWrite

Déploiement d'imprimantes 3D à Rennes

imprimante_3d
Très souvent en avance dans la démocratisation des TIC (diffusion d’informations par Bluetooth, écrans et tables tactiles multitouch, Open Data, LabFab ….), la ville de Rennes prend une nouvelle fois de l’avance en déployant 11 imprimantes 3D dans les quartiers de la ville ce qui est une première européenne.
L’arrivée des imprimantes 3D est considérée par beaucoup comme la prochaine révolutions industrielle (voir l’article d’EDF) et ces imprimantes d’un nouveau genre pourraient s’installer dans les foyers d’ici les 10 prochaines années.
Adobe a même rendu compatible Photoshop Creative Cloud avec les formats d’impression 3D (voir Clubic) notamment celles des imprimantes Makerbot ; c’est une preuve de plus de la démocratisation de cette nouvelle technologie.
Pour permettre de reproduire des modèles en 3D, la société Makerbot a même commercialisé un scanner 3D qui génère les fichiers 3D qui pourront ensuite être imprimé.
scanner_3d
Cette capacité de reproduire des objets en 3D à l’identique pose d’ailleurs des problèmes de DRM …
Plus d’informations : Ouest-France